tomberIl y a un truc que j’ai oublié de préciser dans ma p’tite présentation… c’est que je suis la poisse incarnée. Se balader à côté de moi est le meilleur moyen d’être sûr qu’il ne vous arrivera rien… Je suis un véritable aimant à tuiles (au sens figuré, hein ! sinon je ne serais plus de ce monde !).

Ca va du paquet égaré par la poste, au gars qui pue dans le train (et qui me choisit, moi, pour me faire profiter de son odeur). Quand je choisis une caisse au supermarché, c’est TOUJOURS celle qui va manquer de monnaie ou tomber en panne, ou demander à son collègue d’aller chercher un prix à l’autre bout du magasin. Une averse de 5mn a généralement lieu pendant les 5mn que je mets pour rallier la gare depuis mon bureau, et le risque de pluie est accru les jours où je porte du blanc (ou une jupe, ou des sandales, ou les jours de réunion importante). Le gars bourré dans la rue, qui apostrophe tout le monde, finit immanquablement par jeter son dévolu sur moi pour me faire une démonstration scientifique comme quoi « l’économie… c’est pas une science exacte… quand tu joue aux courses, l’économie… foutaises… » (A prononcer avec l'accent typique du poivrot. Si-si, c’est du vécu !).
Du coup j’ai presque toujours de petites anecdotes à raconter, qui font bien rire mes collègues et amis.

La dernière en date a eu lieu cette semaine. J’arrive à Paris pour ma correspondance de train et sors de la gare du nord pour rallier la gare de l’est. Juste avant de partir, j’avais fait l’acquisition d’une merveilleuse valise à roulettes, grâce à laquelle je peux désormais marcher d’un pas léger et élégant, même en voyage, et je ne ressemble plus à un petit mulet portant sa maison sur son dos.
Bref, grâce à cette valise à roulettes, je sors de la gare d’un pas rapide et déterminé, quand soudain… (admirez cet effet de suspense…) je glisse sur un caca et je m’écroule en beauté sur le pavé parisien… Ou comment soigner son entrée dans la capitale.
La brave dame qui marchait à côté de moi (d’un pas tout aussi déterminé, mais le côté poisse en moins) a poussé un cri de surprise en me voyant disparaître de sa vue, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention de la 20aine de personnes autour de moi.

Tâchant de faire bonne figure, je me relève laborieusement (fichues roulettes…) en rigolant de ma mésaventure (mieux vaut rire de soi qu’attendre que les autres le fassent pour vous, non ?), rassure la brave dame qui s’inquiétait pour mon postérieur (« vous ne vous êtes pas fait mal ? »), et quitte les lieux le plus dignement possible.

Post-scriptum : j’ai attendu d’avoir tourné le coin de la rue pour vérifier l’essentiel… Me croirez-vous si je vous dis avoir eu du bol pour une fois ? En tombant, j’ai réussi à éviter le pire : j’ai atterri à environ 10cm du caca responsable de ma chute…
Ouf…