Comme prévu, j'ai profité du dernier jour de CinéCool pour aller voir un film pour la modique somme de 4€. Ca tombait bien, La Jeune Fille de l'Eau ne passait qu'au Méga-Multiplexe-De-La-Mort, lequel a des tarifs assez prohibitifs pour inciter le chaland à prendre leur carte illimitée (9,20€ la place, bientôt le ciné aussi cher que le théâtre... enfin, peut-être que du coup les gens iront plus au théâtre, qui sait ?).
Bref, j'ai vu mon film, je suis contente, et en plus je l'ai pas payé cher. Par contre, je confirme que les multiplexes c'est la foire au beauf (au beauf grugeur par dessus le marché) mais passons.

La Jeune Fille de l'Eau (Michael Night SHYAMALAN - 2006)
jeune_fille_de_l_eau_US-Je vous mets l'affiche américaine, que je trouve vraiment plus sympa-
Ca commence comme un conte, une légende du fond des âges. Dès le générique, on est plongé dans une ambiance féérique et poétique, et ça fait un peu un choc à la première image filmée, de tomber sur un paysage contemporain. Mais très vite, le monde fantastique rejoint le nôtre et l'on retrouve ce conte, dans sa vesion moderne.
L'histoire nous parle de Story, nymphe de l'eau, dont la mission est de rencontrer un homme, afin de lui insuffler un message qui pourrait bien changer le monde. Mais elle est jeune et fragile, et sa mission va se révéler plus compliquée que prévu. Heureusement, le gardien de la résidence où elle a échoué va lui venir en aide.

Ce film est à la fois un joli conte (que parait-il, M.N. Shyamalan aurait inventé pour ses enfants) et une sorte de satyre légère du monde du cinéma. Les personnages sont tout droit sortis des stéréotypes usuels, mais cette fois c'est fait exprès (si-si). Car au-delà de cette apparence dont on pense avoir déjà tout cerné, on a droit à quelques surprises. En un sens ce film rejoint mon post d'hier et incite à aller au-delà des a prioris. Pas trop au-delà quand même, ça reste un film hollywoodien, faut pas déconner ! Mais l'idée est là, et elle est plutôt pas mal traitée, avec beaucoup d'humour (et même que ça fait un peu peur des fois...).

Voici donc un bon film, que je recommande à ceux qui veulent se changer les idées ou simplement s'évader un peu. Le conte est beau, la morale de la fin (qui dit conte dit morale, forcément) n'est pas trop cucu, les personnages sont chouettes et le tout est franchement bien monté.
Un dernier mot à l'attention des fans : pas de retournement spéctaculaire à la fin, et c'est tant mieux (parce que bon dans le village le film était tellement bâti dessus que ça perdait carrément tout son sens...). Par contre le réalisateur s'est cette fois-ci attribué un vrai rôle à la place de ses habituelles apparitions à la Hitchcock. (Rôle qui pour le coup, est le plus cucu de l'histoire...)