Une fois n'est pas coutume, parlons un peu de musique...

one_life

Youpie-youpie-youpie-youpie !!!
Johnny Clegg a sorti un nouvel album : OK ça fait depuis le mois d'octobre, mais on ne me dit jamais rien à moi ! Je ne l'ai appris que vendredi soir au JT et j'ai filé dès samedi matin à la Fnac du coin pour me l'offrir. Je suis ravie-ravie !
D'abord la pochette est belle, Johnny qui nous balance son beau sourire, que demander de plus ? Ça ne donne qu'une envie : déballer vite fait ce satané film plastique qui veut jamais s'ouvrir et mettre le CD sur la platine.

Comme toujours, le style est légèrement différent de l'album précédent. On retrouve sa touche mais c'est juste assez différent pour être déstabilisant. A chaque fois il me faut le temps de quelques écoutes pour m'approprier l'album. Cette fois, à la 2e écoute, je l'ai adopté pour de bon.

Après un retour aux sources avec Juluka dans son album précédent ("Crocodile Love"), le voici qui se tourne vers des sonorités un peu plus "internationales". Le 1er titre sonne un peu salsa-cuba-soleil, avec toujours ce mélange d'anglais et de Zoulou. Il s'est même essayé au Français + Zoulou. "Faut pas baisser les bras", bien que les paroles ne soient pas très recherchées (il n'est pas francophone en même temps!) fait son petit effet au niveau des envies de danser. Globalement, et ce même sur les chansons au thème un peu moins gai, il est toujours aussi difficile d'écouter du Johnny Clegg sans avoir cette irrépressible envie de remuer son popotin en rythme au milieu du salon (à éviter dans la rue tout de même, donc attention avec vos lecteurs MP3 !).

Ça faisait à ma connaissance presque 10 ans qu'il n'avait pas sorti d'album, mais l'attente valait le coup ! Chanteur engagé dans la lutte contre l'apartheid, et que tout le monde connaît principalement pour sa chanson "Assimbonanga", sur l'emprisonnement de Nelson Mandela, il est le premier à avoir défié le régime et mélangé la langue Zoulou et ses sonorités à l'anglais et sa musique plus pop, ce qui était strictement interdit, de même que pour un blanc d'aller danser comme et avec les noirs (d'où son surnom de zoulou blanc). A la fin du régime en Afrique du Sud et la libération de Nelson Mandela dans les années 90, il a fallu se trouver un autre combat. Pari réussi puisque ses chansons parlent aujourd'hui de thèmes universels (l'amour, les difficultés à trouver un travail, la perte d'un ami, le bonheur de retrouver son pays,...) et parvient toujours à nous faire rêver.

Je n'espère qu'une chose, que sa tournée ne se limite pas à la seule date parisienne de la semaine dernière et qu'il passe nous voir dans l'est ! Car c'est une véritable bête de scène, qu'il ne faut surtout pas rater !!

One Life - Johnny CLEGG (2006)
1. Daughter of Eden
2. Jongosi
3. Makhabeleni
4. Thamela die son trek water
5. The Revolution Will Eat its Children
6. Utshani obulele
7. Faut Pas Baisser les Bras
8. Devana
9. Bull Heart
10. Day in the Life
11. Boy Soldier
12. Touch the Sun
13. 4 Box Square
14. I Don't Want to be Away
15
. Locked and Loaded
16. Utshani obulele (Zulu version)