A ce stade de l'année, je suis plutôt en bonne voie pour la tenue de mes "résolutions". J'ai été plus au ciné en 2 mois que l'an dernier en 6, je continue à bouquiner (merci le train !) et j'ai apporté quelques améliorations significatives à ma garde-robe (et ce même si certaines d'entre elles ne sont pas encore franchement sorti du placard... à chaussures, si vous voyez ce que je veux dire...).
Il était donc temps de passer au stade supérieur, et c'est donc avec la plus grande conviction que j'ai décidé qu'à compter de ce matin, j'étais non-fumeuse.

stop_smokingVoilà. C'est fait. C'est dit. Je ne fume plus. Jamais. Même pas une avec le café. Fini toutes ces conneries. Désormais je retourne dans le monde qui sent bon des non-fumeurs.
Finie la course au tabac avant la fermeture le samedi soir. Fini les fringues qui puent, sans parler des cheveux. Finie l'haleine de chacal mort en revenant de soirée. Fini le mal de gorge lancinant les lendemains de fête. Fini de laver mon cendar dégueu. Fini de pshitter du Febrèze partout dans ma maison avant que les invités arrivent pour cammoufler les dégâts.

Je ne sais pas pourquoi j'ai choisi d'arréter aujourd'hui. Ca faisait un moment que ça me trottait en tête (depuis que j'avais repris bêtement il y a 2 ans) et je m'étais déjà dit plusieurs fois "après ce paquet j'arrête". Sauf qu'à la fin du paquet j'étais en soirée, ou à la veille d'une soirée, ou bien j'avais simplement complètement oublié. Du coup hier soir quand j'ai eu une grosse bouffée de dégout, j'en ai profité, et j'ai décidé d'agir sur le champ. J'ai balancé mon paquet quasiment plein, planqué briquet et allumettes, nettoyé et rangé le cendar. Table rase de tout ça.
Jusqu'ici tout va bien. J'ai zappé sans problème les 2 du matin, les 2-3 du midi et je viens de refuser la pause clope de 15h. Le tout sans regret.

Mais je sais d'expérience que ce n'est pas ça le plus dur. En fait le plus dur quant on arrête de fumer, c'est les autres. Et pas forcément les autres fumeurs...
Le plus dur c'est de supporter les commentaires débiles de gens qui se croient malins. Les commentaires de ceux-là même qui nous faisaient chier en énumérant tous les dangers de la clope à chaque fois qu'ils nous croisaient avec une cigarette à la main et qui maintenant s'imaginenent qu'il est de leur devoir de nous rappeler l'heure de chacune de nos pauses-clopes ("tiens, tu fumes pas aujourd'hui ??", "ben qu'est-ce qui t'arrive, c'est pas l'heure de ta pause ?",...).
Et ce sont ces mêmes gens qui, une fois la bonne nouvelle annoncée, vont se faire un malin plaisir de nous rappeler chaque jour que Dieu fait qu'on a arrété de fumer. De ne plus parler que de ça, voire de lancer des paris au bureau. Et quand inévitablement on finira par les remettre à leur place, on aura droit au fameux "oulala, qu'est-ce que t'es susceptible, je t'aimais mieux quant tu fumais, hein...", qu'ils auront enfin réussi à placer après 2 mois de préparation de terrain...
Oui, vraiment, le plus dur, c'est les autres !
Les autres et la SNCF.... (parce que que j'avoue que j'angoisse un tout ch'ti peu à l'idée de mon voyage en train, avec changement à Paris, dans 15j...)