AnalyseFaut que j'arrète TF1, faut vraiment que j'arrète, c'est mauvais pour mes nerfs !
Hier soir, après avoir regardé Miss Déco virevolter dans tous les sens en gesticulant à tout va autour des ouvriers qui bossaient pour remodeler la maison de monsieur-et-madame-tout-le-monde, j'ai zapouillé un peu et je suis tombée sur... Confession Intimes, l'émission qui tue (toutes les illusions qu'on pouvait avoir sur nos congénères... d'ailleurs je commence à comprendre pourquoi Bernard Werber dit à qui veut bien l'entendre qu'il ne se considère pas comme un être humain... il a dû faire une overdose de Confessions Intimes... Comme quoi faut faire gaffe, c'est pas aussi anodin qu'on croit, cette émission !!!).

Bref, hier soir j'ai regardé un peu de cet échantillonnage de la population de notre brave pays, et j'en suis ressortie toute tourneboulée. J'ai malheureusement raté la partie "je suis trop plus belle que tout le monde", et je suis arrivée pendant "mon mari est un gros naze qui s'amuse avec sa voiture au lieu de s'occuper de notre enfant". Ben tiens ça faisait longtemps...

Alors maintenant, à Confessions Intimes (je sais pas si c'était le cas avant, j'ai jamais regardé en entier...), sans doute pour se donner un peu de légitimité, ils font venir une sorte de psychologue pour aider ces pauvres gens à sortir de leur malheur. Alors le psy-machinchose, il étudie les cas présentés en visionnant le reportage. Ensuite, il rencontre les gens en vrai, et il leur explique tout ce qui ne va pas ("oula, votre mari a l'air bien plus impliqué dans l'entretien de sa voiture que dans la vie de famille !" nooooon, sans blaaaaague ?!). C'est là que tout le monde se met à pleurer et que le pseudo-psy va plus loin dans son analyse.

Et hier soir, j'ai été sidérée d'apprendre qu'en fait, si monsieur préfère lustrer des jantes ou démonter les pare-chocs de sa bagnole à chaque dos d'âne, ben tout ça c'est la faute de madame. Eh oui, car le pauvre a carrément été évincé de son rôle de père, vu que sa compagne prenait tout en main. Du coup, comme il ne lui restait plus rien à faire, ben il s'est jeté à corps perdu dans le chérissement de sa bagnole... Analyse que monsieur s'est empressé de confirmer, les yeux humides (bouh-je-suis-si-malheureux-que-ma-femme-s'occupe-de-tout). L'analyste a donc arraché à madame, totalement liquéfiée de culpabilité, la promesse de laisser à son mari la possibilité de reprendre sa place. NON MAIS JE REVE OU QUOI ?!

Il semblerait donc, mesdames, qu'il faille faire bien attention à ne pas empiéter sur les responsabilités d'hommes de ces messieurs, sous peine de retour de manivelle (c'est le cas de le dire, hahaha) et de démission totale dudit homme. Donc en gros, il faut savoir rester à sa place, hein, parce que les décisions et tout et tout, c'est pas votre affaire ! Et pis si jamais monsieur se désengage complètement de la famille, et que vous êtes obligées de combler le vide, parce que bon les gosses ça pousse pas tout seul, ben c'est que quelque part vous l'avez squizé total, le pauvre homme.
Donc finalement on en revient toujours à cette bonne vieille culpabilité : tout ça c'est de la faute de madame (remarque, ça la prépare à l'adolescence des enfants, où elle apprendra que de toute façon tout part de la relation mère-enfant et que si ça va pas c'est qu'elle a foiré quelque part).

Et voilà qui m'a mis en rogne pour le reste de la soirée. Rogne que le reportage suivant ("la jalousie va détruire mon couple") n'a pas calmée. Car cette fois on nous présente greluche-bimbo n°1, qui subit les attaques de jalousie de son beauf de copain. Mais tout s'explique après 3mn de reportage quand on apprend qu'en fait madame est stripteaseuse... Là j'ai éteint et j'ai filé me coucher !