CA28038A la demande de Mlle Fyfe, je suis sur le point de vous dévoiler, encore, quelques uns de mes petits côtés tordus. En même temps, vous en connaissez déjà quelques uns, puisque ceux qui suivent ont pu découvrir ma peur chronique du moisi ou mon addiction aux agendas… Je vais encore passer pour la folledingue de service. C’est bien parce que les petites révélations de Fyfe valent leur pesant de cacahuète et que je lui suis redevable d’une bonne tranche de rigolade devant mon écran !

 Pour commencer, je parle toute seule. Enfin non, plus précisément, je me parle à moi. Ben oui, des fois j’ai besoin d’attirer mon attention (qui vagabonde) ou de me recentrer sur mes objectifs (rapport à mon attention qui vagabonde). Donc je le fais. A voix haute…
Je vais même un peu plus loin puisque je parle aussi aux choses. Ca va des classiques insultes envers mon ordi, aux encouragements pour l’ascenseur ou encore aux excuses quand je marche sur un truc ou que je shoote dedans… En fait, petite je pensais que les objets étaient en quelque sorte vivants, et que par exemple, si j’étais gentille avec la Deuche du Père, on n’aurait pas d’accident. Ca a dû plus ou moins me rester. N’empêche, moquez-vous, moquez-vous, mais on n’a jamais eu d’accident avec la Deuche, et c’est pas faute d’avoir essayé, vu la conduite du Père…

 Je suis sériomaniaque. Je suis accro aux séries. J’avais déjà parlé ici de mon attrait pour les séries télé, mais ça va plus loin, je parle ici de série en général. Le principe, c’est que je ne peux pas m’arrêter au milieu d’un truc qui se suit. Par exemple, pas possible de regarder le Top 50, et d’éteindre la télé au n°12… Autant vous dire que m’inviter chez vous et avoir la bonne idée de mettre en fond, pendant 5mn un émission du style « les 100 plus grands… » risque de vous pourrir la soirée en beauté !
Selon le même principe, je ne peux ni arrêter une série (qui se suit) en route, ni rater un épisode. C’est comme ça que j’ai Alias en stand by depuis 2 ans, parce que j’ai raté deux épisodes, et que je continue de suivre Urgences au bout de 11 ans, alors que depuis 3-4 ans je trouve ça à chier… (J’en suis à prier pour qu’ils l’arrêtent cette série !) Evidemment, j’ai aussi tendance à essayer de lire tous les livres d’une série ou mettant en scène un même personnage (les Vargas avec Adamsberg, les Chroniques des Vampires,…). Quelque chose me dit que je n’aurais pas dû entamer les Annales du Disque-Monde, avec 29 tomes à ce jour, j’en ai pour la vie !

 Je suis une adepte de l’égalité, voire de l’égalisation. Lâchez- moi dans une librairie un samedi après-midi, et je suis capable de remettre toutes les tables d’équerre, du moins toutes celles sur mon chemin. Une pile, c’est droit, et si possible de la même taille que sa voisine. Un point c’est tout. Dans le même genre (et on y arrive, à mes ongles…), si je remarque que l’un de mes ongles est plus long que ses camarades, je tiens environ 3mn avant de passer à l’action égalisatrice, avec les dents si besoin. Le problème bien sûr, c’est qu’avec les dents c’est pas bien précis et qu’en général quand je commence, j’en ai pour trois heures pour tous les rectifier chacun leur tour… C’est naze, je vous l’accorde !

 Je ne peux pas dormir la fenêtre ouverte. Enfin si, techniquement je peux puisque je dors n’importe où ! Mais je dors super mal, c’est comme si je dormais dehors. En fait mon cerveau de la nuit (qui comme chacun sait est très différent de celui du jour, pour commencer il est bien plus froussard !) ne semble pas comprendre que ma chambre est un espace clos, même fenêtre ouverte. Du coup il passe la nuit à m’envoyer des messages d’alerte à peine codés, du style ‘mon lit est sur le trottoir’, ‘je dors dans ma cour’ ou ‘il y a un escalator qui donne accès à ma chambre à tout le monde et d’ailleurs, miséricorde, celle-ci se trouve être une chambre d’expo chez Ikea’… Ce qui vous en conviendrez, a de quoi perturber le sommeil. Du coup en été, je crève de chaud, mais je ne rêve pas de voie publique !

Je crois au Père Noël. Eh oui, je le sais, le Père Noël existe. D’ailleurs je l’ai vu une fois quand j’étais petite (et non, c’était pas mon oncle déguisé, m’enfin !!), ou plus précisément son traîneau dans le ciel (ça vous en bouche un coin, avouez !). Evidemment, ce n’est pas lui qui distribue les cadeaux de Noël, ce serait trop beau, mais il existe quand même. C’est lui qui donne un peu de rêve et de féérie au moins une fois dans l’année en rappelant aux gens que le monde peut-être autre chose que ce qu’on y vit au quotidien.
Je sais que le Père Noël existe et qu’il existera tant qu’il se trouvera des gens aussi farfelus que moi pour y croire…

Finalement, ce qui m’inquiète un peu c’est que je ne pensais plus rien trouver dans cette catégorie, mais qu’en fait c’est venu assez facilement… Hum, ya combien de strates comme ça ?!

Sur ce, je vais refiler le bébé (héhé) à Clo ma compatriote, Mady qui cache, j’en suis sûre, quelques bizaretés, et Piti Pince et Pincess, s’ils passent par ici, parce que ça peut donner quelque chose de sympatoche chez eux…
Allez hop, au boulot !!