MaskagazNous vivons dans un monde formidable.
Un monde où l'on peut gagner des sommes pharamineuses en excerçant ses talent de manipulation dans une cage dorée ou en s'affamant sur une île. Un monde où l'on rêve de célébrité plutôt que de talent et où la réussite tient à son train de vie ; où le moral des ménages est directement lié aux nombre de bagnoles vendues dans le mois. Un monde où le paraître devient plus fort que l'être, et où ceux qui dérogent à ces règles de normalité sont montrés du doigt.

Dans ce monde, qui ne tournait déjà pas bien rond, il est désormais concevable d'imaginer et d'utiliser des répulsifs à humains. Et là je dois dire que je suis sur le cul !

Depuis quelques temps déjà, certains maires ont pris l'habitude de passer des arrêtés anti-mendicité dans leurs centres villes. C'est tellement plus facile de soulever discrètement le tapis pour y cacher la poussière que de sortir l'aspirateur et entamer un grand ménage de fond. Tellement plus facile de faire croire à ses concitoyens que le problème de la pauvreté est résolu en cachant les sans-abris en dehors des endroits fréquentés. Mais comment se débarrasser des sans-abris qui se plient aux règles et ne mendient pas ? Le maire d'Argenteuil semble avoir trouvé la solution miracle : un répulsif malodorant à pulvériser dans les endroits qu'ils fréquentent. Quant on sait que la raison invoquée pour déloger les squatters de hall, c'est notamment la nuisance olfactive, ça laisse songeur...
Il semblerait que l'on puisse désormais considérer un être humain comme un nuisible, comme un chien qui vient pisser sur votre muret et qu'on décourage à coup de produits chimiques.

Selon ce brave maire UMP d'Argenteuil, ce n'est là qu'une solution de dernier recours qu'il est bien triste de devoir utiliser, et qui vient après toutes les propositions sociales qui ont été mises en place (et j'imagine qu'elles ont été nombreuses et efficaces ; que les SDF qui restent dans la rue n'y sont que par pur esprit de contradiction).

Mais pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de la logique ? Les SDF c'est sale, ça pue et ça sert à rien qu'à miner le précieux moral des Français, alors pourquoi ne pas les parquer en rase campagne et les mettre au boulot en échange du gîte et du couvert ? On pourrait, par exemple leur confier la confection de produits textiles à des prix défiant la concurrence des pays asiatiques...

Oui, décidément, nous vivons dans un monde formidable.

Des détails ici.