bikiniC'est après avoir été agressée par le miroir de ma chambre, puis celui de la cabine d'essayage, rapidement suivi par le pantalon soi-disant large que j'étais en train d'essayer, que j'ai compris qu'il était temps d'agir !

C'est donc pleine d'un regain de motivation et farouchement déterminée à rabattre le caquet de ce pantalon mal coupé, que j'ai fait le tour des salles de sport du quartier. J'ai fini par opter par la p'tite nouvelle qu'est rien que pour nous les fââââmes.
Ce qui m'a motivée en premier lieu, j'avoue que ce ne sont pas les services (qui sont grosso modo les mêmes partout) ni même le prix (qui est tout de même assez intéressant) mais l'idée que comme la salle vient d'ouvrir il n'y aurait que des p'tites nouvelles débutantes et par conséquent pas de super top model que tu te demandes si c'est pas tout simplement des produits marketing d'appel, embauchés par le club pour te donner de l'espoir, genre "Regarde ce que tu pourras devenir après 3 ans d'efforts [et le prix de 3 croisières aux Caraïbes -avec Jack Sparrow of course-]".
Oui parce que moi face à ce genre de phénomènes j'ai tendance à me sentir misérable et à tenter vainement de me fondre dans la machine de cardio (et vous conviendrez que se fondre dans un rameur quand on est en train de cracher trois poumons, c'est pas une évidence...) [oui, j'ai trois poumons, si je veux !]

ShoesÉquipée de mes baskets toutes neuves et d'un vieux jogging, j'ai vaillamment sauté le pas. Vaillamment, parce que la 1ère séance a tout de même été l'occasion d'un gros choc, matérialisé par ma rencontre avec la balance à impédance-mètre du club...
Celle-là aussi elle m'a dit des gros mots... en forme de pourcentages. Alors je vous préviens toussuite, se dire qu'on se balade avec 30kg de gras, ça remet les idées en place et surtout ça tisse les bases de la nouvelle relation amoureuse que je suis en train de nouer avec le vélo elliptique n°3...

Après une semaine fidèle au poste, je suis assez contente de mon choix. Il semblerait en effet que l'absence d'entités masculines détende un peu l'atmosphère et que personne ne soit venu là pour se montrer. Bon, personnellement ça ne m'aurait jamais effleuré l'esprit de choisir une salle de sport pour aller faire la belle, mais c'est sans doute pour ça que je me fais insulter par les machines à kilos... Bref, là je côtoie des nénettes normales qui transpirent et portent des tenues de sport et pas des machins bizarres et fluos. Y a même des grosses, je me sens moins seule !

Autre point de satisfaction pour le modèle de grâce et d'élégance que je suis : pas de cours collectifs. Donc pas d'occasion de montrer à quel point mon popotin peut onduler de façon totalement autonome, ou de mettre à l'épreuve ma mémoire de bébé poisson-rouge quand il s'agit de retenir une chorégraphie ou encore de tester ma légendaire coordination de mouvements...
Pour finir, les douches et vestiaires sont individuels et je n'ai donc ni à subir les corps gras et suants de mes congénères, ni à leur montrer le mien. Les douches et vestiaires collectifs dans les salles de sport, je dois dire que c'est un truc que j'ai jamais vraiment compris... P'tet que ces messieurs les concepteurs y voyaient un environnement à haut potentiel érotique ? Et pourtant... Parce qu'en ce qui me concerne, je me rhabillais vitesse grand V et rentrais toute puante me doucher chez moi... Trop glamour !
Là, je profite d'une bonne douche chaude, c'est trop d'bonheur !

Quoiqu'il en soit, l'opération Bombasse 2008 est lancée... Avec un peu de persévérance, l'année prochaine je me présente à Miss Choucroute ...