A y est, je l’ai fini.

cobenUne Chance de Trop (Harlan COBEN)
Harlan COBEN, visiblement, est le nouvel auteur de polar qui marche à fond en ce moment (vu le nombre de ses bouquins en présentation dans les librairies…). J’avais déjà lu Ne le Dis à Personne, que j’avais trouvé pas mal, et celui-ci on me l’a prêté. Je ne refuse jamais un prêt de livre (je pars du principe que s’il a plu à la personne qui me le conseille, il ne peut pas être mauvais).

D’ailleurs j’ai bien fait car c’est un livre sympa. Un bon polar avec du suspense, de l’amour, de l’action. Pour ceux qui partent en vacances, ce sera un très bon roman de plage. Rien de péjoratif à ce terme, j’entends par là un roman qui se lit facilement et qu’on n’a pas envie de refermer avant de connaître le fin mot de l’histoire.

Par contre, si vous venez de finir un autre de ses romans, attendez un peu avant d’entamer celui-là, parce que (et là je vais me faire des ennemis) un peu comme Mary Higgins Clark, je trouve qu’ils ont tous l’air construits sur le même modèle (du moins le synopsis).

Mais de quoi donc ça parle, me direz-vous ?

Eh bien c’est un gentil chirurgien plastique qui, un jour, se réveille à l’hôpital et apprend qu’on lui a tiré dessus, que sa femme est morte et son bébé disparu (et voilà une journée qui commence bien, se dit-on en coulisses). Il entreprend alors l’impossible pour retrouver sa fille, et va croiser sur son chemin son 1er amour, des gens pas nets (du tout), son ancienne voisine, le FBI… Je ne vous en dis pas plus.

Là je viens de commencer Pardonnez nos Offenses de Romain SARDOU (oui, le fils de son père), dont j’ai entendu le plus grand bien. Je vous en donnerai des nouvelles.